Qu’est-ce qu'un facteur de protection solaire ?

L’été arrivant, on a tous hâte de retrouver le soleil. Et qui dit soleil dit… écran solaire ! Une bonne crème, qui protège votre peau, est essentielle. Comment la choisir, et comment savoir quel facteur est adapté à notre peau ? 

De 10 à 100

Le niveau de protection des écrans solaires est indiqué par le facteur de protection solaire, dont l’indice peut aller de 10 à 100. La règle est simple : plus le facteur est élevé, plus la protection est importante. Attention, cela ne veut pas dire que vous éviterez le coup de soleil ! D’autres critères rentrent en jeu : votre type de peau, la durée de l’exposition et l’intensité du soleil. C’est en prenant cela en compte que vous devez choisir votre facteur de protection. Plus la peau est sensible, plus l’effet du soleil est fort et plus l’exposition est intense – ce qui veut dire que vous devrez choisir le facteur et le degré de protection adéquats.

Les types de peau

On distingue généralement 4 types de peau.

  • Phototype 1 : ce type de peau est très sensible au soleil. Vous avez une peau très blanche, des cheveux roux ou blonds clairs, et des tâches de rousseur. Votre peau brûle en à peine 10 minutes d’exposition au soleil.
  • Phototype 2 : vous êtes sensible au soleil, mais pas excessivement. Vous avez un teint clair, des cheveux blonds à châtain clair, et quelques taches de rousseur. Vous brûlez au soleil, mais il vous arrive de légèrement bronzer. Sans écran solaire, votre peau brûle en 10 à 20 minutes d’exposition.
  • Phototype 3 : vous êtes un peu sensible au soleil. Vous avez une peau claire, des cheveux blond foncé à châtain foncé, peu de taches de rousseur et vous ne brûlez pas vite. Sans protection, vous attrapez un coup de soleil en une petite demi-heure.
  • Phototype 4 : vous êtes plutôt résistante au soleil. Votre peau est mate, vous avez des cheveux châtains à noirs et vous brûlez rarement. Vous bronzez facilement. Sans protection, vous n’attrapez de coup de soleil qu’en 30 à 45 minutes.

L’intensité des rayons ultraviolets

L’intensité des rayons UV émis par le soleil est mesurée par un indice UV, sur une échelle allant 0 à 11. Plus l’indice est élevé, plus le soleil est dangereux et plus le risque de dommages cutanés et oculaires est fort. Le coup de soleil est bien plus qu’un passage désagréable (rougeurs, douleurs, peau qui pèle) : sur le long terme, il endommage notre ADN et augmente le risque de cancer de la peau.

Types de facteur

Les catégories de facteurs de protection solaire sont au nombre de quatre :

  • Bas (facteur 6-10)
  • Moyen (facteur 15 à 25)
  • Élevé (facteur 30 à 50)
  • Très élevé (facteur 50+)

Si vous avez une peau « normale », un facteur « moyen » devrait suffire. Sachez également qu’une crème solaire au facteur supérieur à 50 n’offre pas de protection supplémentaire. Elle reste toutefois conseillée aux bébés et aux enfants.

En choisissant votre crème, faites également attention à la saison et à la zone géographique où vous vous trouverez. N’hésitez pas à demander conseil à un pharmacien si vous souffrez d’une maladie chronique particulière.

L’exposition au soleil

Enfin, il existe trois catégories d’expositions au soleil. L’exposition est appelée extrême, si vous vous trouvez sur un glacier sous les tropiques. L’exposition est importante à la plage ou pendant une activité soutenue à l’extérieur. Enfin, l’exposition est modérée lors d’une journée nuageuse, de bon matin ou en fin d’après-midi.

Une utilisation optimale

Dans tous les cas, choisir le bon facteur n’est pas suffisant. Appliquez votre crème 20 minutes avant l’exposition, et renouvelez l’application toutes les 3 à 4 heures. Si vous utilisez de la crème waterproof, réappliquez-la 40 minutes après la baignade.

  • Comment éviter le coup de barre après avoir mangé ?

    Vous venez de faire un repas de famille copieux et en sortant de table, vous piquez du nez. Cela arrive à tout le monde, mais si le coup de barre devient systématique, cela peut vous impacter et nuire à votre vie professionnelle. Il est donc important d'adopter les bons réflexes pour rester en forme après le déjeuner. 

    Avant tout, sachez qu'il est tout à fait courant de ressentir de la fatigue après avoir mangé. En effet, votre organisme se concentre sur la digestion du plat ingéré et cela requiert de l'énergie, puisqu'il faut absorber les vitamines et les minéraux nécessaires au corps. Les organes ont davantage besoin d'être irrigués, et temporairement, l'afflux de sang vers le cerveau et les muscles et légèrement réduit. C'est ce qui explique la baisse d'énergie. La fatigue ne devrait cependant pas être trop importante, et surtout, elle ne devrait pas influencer vos tâches quotidiennes.

    En cause : les glucides raffinés et les mauvais sucres

    Les aliments qui en contiennent aggravent le coup de barre, comme ils sont plus complexes à digérer par l'organisme. De plus, ils augmentent la production d'insuline pour éliminer le surplus de glucose qu'apportent ces aliments. Résultat ? Un repas riche en sucres rapides vous donne un coup de fouet instantané, mais le pic d'énergie se transforme aussi vite en gros coup de barre. La raison : une chute drastique du taux de glycémie, qui à son tour cause des fringales… un véritable cercle vicieux.

    Si vous avez mangé un repas riche en sucres rapides, vous reconnaîtrez peut-être un changement d'humeur (pour le pire, généralement…), voire même des sueurs et des tremblements.

    Les aliments à éviter :

    • Les plats typiques de la restauration rapide : frites et hamburgers
    • Les produits boulangers comme le pain
    • Les sucreries et les gâteaux
    • Les sodas et les boissons pour sportifs
    • Les pâtes
    • Les pommes de terre sautées
    • Le riz blanc

    Surveillez votre taux de glycémie

    Stabilisez votre glucose et votre glycémie, en choisissant les bons aliments. Privilégiez les glucides complexes dont l'absorption par l'organisme est plus lente, ce qui permet de maintenir un taux de glycémie équilibré.

    Les aliments suivants sont conseillés pour limiter la fatigue post-repas :

    • Le pain complet, les pâtes complètes
    • Les patates douces et les pommes de terre cuites a l'eau
    • Le riz brun
    • Les légumes et fruits
    • L'eau, le café, le thé vert
    • Le quinoa, le millet, l'avoine

    Quelques derniers conseils pour rester en forme:

    • Optez pour 6 repas légers plutôt que 3 repas importants. Ainsi, votre organisme reste éveillé car il digère de façon plus constante et plus continue.
    • Ne zappez pas le petit-déjeuner. Vous risquez de compenser par un repas plus lourd le midi, ce qui surchargera votre estomac.
    • Ne mangez pas trop. Idéalement, on devrait arrêter un peu avant d'avoir atteint la sensation de satiété. Et on évite de se resservir !

    Inscrivez vous à notre newsletter hebdomadaire, et recevez un chèque cadeau d'une valeur de 5 € pour votre tout premier achat d’une valeur minimale de 50€

  • Quelques conseils pour gérer son stress en période d’examens

    Devoir mémoriser un maximum d’informations en un minimum de temps : la vie d’étudiant apporte son lot de challenges. Si votre session de révisions se mue en session panique, suivez nos conseils pour une meilleure gestion du stress.

    S’octroyer des moments de repos

    Il parait que notre capacité de concentration n’excède pas une à deux heures. Il est donc essentiel de s’accorder des pauses. Votre cerveau peut alors se recharger et « digérer » tout ce qu’il doit mémoriser.

    Attention toutefois à ne pas en abuser : prenez des pauses d’une durée raisonnable. Il est parfois tentant de repousser le moment de la reprise…

    Essayez de prendre l’air pendant votre break, afin de fournir à votre cerveau l’oxygène nécessaire pour continuer à bien fonctionner pendant les phases de concentration. Évitez les jeux vidéo ou la télévision, trop fatigants pour votre cerveau qui aspire à un repos bien mérité.

    Reconnaître les symptômes :

    • Physiques : maux de tête, fatigue, troubles du sommeil…
    • Émotionnels : irritabilité, sensibilité accrue, angoisse…
    • Cognitifs : troubles de la concentration, perte de mémoire, « trous noirs » …
    • Comportementaux : changement des habitudes alimentaires, manque d’énergie, difficultés à se détendre…

    Comment y remédier ?

    • Les infusions apaisantes font des miracles, agissant directement sur l’hormone du stress.
    • Faites le plein de vitamines et de minéraux, car le stress les élimine plus rapidement que d’habitude !
    • Pour stimuler la circulation sanguine dès le matin, prenez une douche et alternez eau chaude et eau froide.
    • Les fleurs de Bach (élixirs floraux) peuvent diminuer le stress et influer positivement la confiance en soi.
    • Le stress peut causer des tensions musculaires. Pour les soulager, posez une bouillotte d’eau chaude sur les zones douloureuses.
    • Un massage effectué avec une huile spéciale peut également faire son effet.

    Et vous, que faites-vous pour vous détendre en période d’examens ?

    Inscrivez vous à notre newsletter hebdomadaire, et recevez un chèque cadeau d'une valeur de 5 € pour votre tout premier achat d’une valeur minimale de 50€

  • Les mycoses de l’ongle et du pied : comment les soigner ?

    Cela arrive plus souvent que l’on ne pense. Et pourtant, encore beaucoup de personnes sont gênées de souffrir de ce qu’on appelle une hyperkératose sous-unguéale ou mycose du pied. Pour la bonne et simple raison que ce n’est pas beau à voir. Ce qui complique d'autant plus la vie de ceux qui préfèrent porter des sandales en été. Ou qui voudraient aller à la plage. Nous vous expliquons comment vous débarrasser d’une mycose.

    Laissez-nous tout d’abord vous rassurer. En soi, une mycose du pied ou une hyperkératose sous-unguéale est une affection bénigne. Et vous ne risquez pas de développer d’autres problèmes de santé à cause de cela. Mais il est néanmoins très important de la soigner. Principalement parce que vous êtes non seulement contagieux pour les autres, mais aussi pour vous-même, notamment via les squames.

    Comment attrape-t-on une mycose du pied ou de l’ongle ?

    Les mycoses se trouvent naturellement partout. Surtout dans les endroits humides et chauds. Pensez par exemple à votre salle de bain, ou les vestiaires de la piscine. Normalement, votre corps peut se défendre tout seul. Cependant, dans certaines circonstances, la mycose parvient à se développer et prend le dessus. Cela peut arriver par exemple lorsque votre immunité est affaiblie par une maladie, ou quand votre peau ou ongle est abîmé. Les personnes âgées sont aussi plus susceptibles. Ce n’est pas un problème qui affecte tout le monde. Et cela n’a certainement rien à voir avec l’hygiène.

    Il est toutefois important de reconnaître une mycose rapidement. Un signe distinctif sera une déformation de l’ongle, qui grossira également, ou qui deviendra au contraire très fin et fragile. Vous remarquerez en outre une décoloration, qui aura tendance à tirer vers le jaune ou le blanc. Les mycoses du pied commencent par des squames blanches entre les orteils, qui peuvent devenir des ampoules avec des démangeaisons et des taches rouges sur les plantes.

    Comment s’en débarrasser ?

    Tout d’abord, sachez que vous allez devoir vous armer de patience. Éliminer une mycose peut effet durer plus de trois mois. Ce sont surtout les mycoses des orteils dont il est difficile de se débarrasser, car les ongles poussent plus lentement que ceux des doigts. Vous pouvez en tout cas déjà prendre les mesures suivantes :

    - Commencez tout d’abord par nettoyer chaque fois vos chaussettes et vos draps à au moins 80 degrés. L’idée est surtout de ne pas donner l’occasion à la mycose de se répandre encore plus.

    - Ensuite, il est conseillé de mettre du spray dans vos chaussures.

    - Pour les petites mycoses, vous pouvez commencer avec des crèmes antifongiques qui sont vendues sans ordonnance. Veillez cependant à ce qu’elles contiennent de la terbinafine. Appliquez alors la crème une fois par jour sur la zone infectée jusqu’à ce qu’elle disparaisse.

    - Ces crèmes n’ont pas aidé après 1 à 2 semaines ? Alors, vous pouvez aller consulter votre généraliste ou un dermatologue pour qu’il vous prescrive un médicament spécifique. Cela peut aller d’un vernis fongistatique à des médicaments à prendre oralement.

    Ce qui importe ici, c’est que vous soyez en bonne santé, afin de pouvoir commencer le traitement. Vous avez une peau sensible ou souffrez de diabète ? Alors, rendez-vous chez une pédicure. Si vous êtes enceinte, contrôlez que le traitement soit bien adapté.

    Comment le prévenir ?

    Non négligeable, car une mycose du pied ou de l’ongle est difficile à soigner. En fin de compte, la mycose se trouve sous la surface, et les crèmes ou d’autres produits ne pénètrent pas facilement l’ongle ou la peau. En outre, le traitement a souvent des effets secondaires.

    En fait, il faut surtout éviter que vos pieds et vos mains ne deviennent des incubateurs humides où se développent des mycoses :

    - Ne lavez pas vos pieds avec du savon dans le bain ou sous la douche. Et il est très important de bien sécher vos pieds après. Aussi entre les orteils !

    - En ce qui concerne les chaussures, il vaut mieux choisir des modèles qui ne serrent pas et qui laissent vos pieds respirer. Nous conseillons ici les chaussures en cuir. Changez également de chaussures au lieu de toujours porter la même paire.

    - Combinez ces chaussures à des chaussettes en coton ou en laine. Celles-ci vont notamment bien absorber la sueur. Mettez aussi des chaussettes propres tous les jours.

    - Évitez aussi de vous promener pieds nus. Par exemple à la piscine, mais également chez vous. Même quand vous vous lavez dans une douche publique, il vaut mieux porter des claquettes.

    - Coupez régulièrement vos ongles, mais pas trop courts non plus. Un ongle endommagé sera en effet plus sensible aux mycoses.

    Inscrivez vous à notre newsletter hebdomadaire, et recevez un chèque cadeau d'une valeur de 5 € pour votre tout premier achat d’une valeur minimale de 50€.

  • Comment venir à bout de la plaque dentaire?

    Lors d’une visite chez le dentiste, on entend souvent le mot ‘plaque dentaire’, mais de quoi s’agit-il au juste? Et comment l’éliminer?

    Qu'est-ce que la plaque dentaire ?

    La plaque dentaire est un dépôt qui se retrouve sur les dents après avoir mangé. C’est une sorte de substance qui se dépose à la surface de la dent. Cette couche se compose principalement de sucres, d’acides, de toxines, de bactéries et de protéines salivaires. Lorsque vous n’enlevez pas la plaque dentaire après chaque repas, des acides se forment et vos gencives vont s’irriter. Si la plaque dentaire n’est pas éliminée pendant une longue période, celle-ci peut se calcifier et durcir pour devenir du tartre. Il sera alors malheureusement trop tard pour l’éliminer en vous brossant les dents, pour cela, vous allez devoir aller consulter votre dentiste.

    Que pouvez-vous y faire ?

    Utilisez une fois par jour du fil dentaire ou des brossettes interdentaires pour éliminer la plaque entre les dents.

    • Essayez de vous brosser les dents après chaque repas ou encas, afin d’éliminer toute la plaque dentaire.
    • Utilisez une fois par semaine du bicarbonate de sodium pour un bain de bouche, ou remplacez deux fois par semaine votre dentifrice par du bicarbonate de sodium. Mouillez d’abord votre brosse à dents avant d’y mettre de la poudre.
    • Brossez-vous les dents ainsi : commencez par les gencives et remontez alors vers les dents.
    • Faites attention avec les sucreries. Ne consommez pas trop de sucreries, de gâteaux, de sodas, de pâtisseries... et ainsi de suite, car ces aliments vont alimenter les bactéries qui forment de la plaque dentaire.
    • Faites régulièrement enlever le tartre et rendez-vous au moins une fois par an chez le dentiste.

    Inscrivez vous à notre newsletter hebdomadaire, et recevez un chèque cadeau d'une valeur de 5 € pour votre tout premier achat d’une valeur minimale de 50€.